La pomme de terre et le moustique: nouvelles perspectives sur les origines de la mondialisation

Responsive image

La pomme de terre et le moustique: nouvelles perspectives sur les origines de la mondialisation

Comment la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb en 1492 a transformé le monde, et comment est né la mondialisation ?

Colomb n’a pas seulement découvert le nouveau monde mais à été à l’origine de la création d’un monde nouveau. La découverte de l’Amérique à été à l’initiative de l’échange colombien, c’est-à-dire que non seulement l’Europe est partie découvrir l’Amérique, et en retour,l’Amérique s’est mise à exporter vers l’Europe. Ces exportations multiples ont été un bouleversement: non seulement pour « l’assiette », mais aussi pour la santé.

La mondialisation n’est pas qu’un phénomène économique. On peut aussi y voir un phénomène bactériologique, biologique. De plus, contrairement à une idée reçue qui est énormément véhiculée, qui commence à être battue en brèche depuis un certain nombre d’années, mais qui a quand même encore cours, la mondialisation serait apparut il y a quelques décennies (fin du XIXe siècle). Mais cette mondialisation a démarrée bien plus tôt, c’est-à-dire il y a plus de 400 ans.

D’autres auteurs remonte plus encore le temps en estimant que la mondialisation débute avant la découverte de l’Amérique: lorsque les hommes ont commencé à circuler et à conquérir: c’est la logique de conquête progressive du monde avec le désir de colonisation. Colonisation au sens géographique, c’est-à-dire que l’on s’approprie des territoires et que l’on repousse les frontières de sa souveraineté. Ce processus de mondialisation qui est permis de plus en plus par les progrès techniques, transforme la planète en un ensemble habité certes, mais surtout « approprié »avec des degrés différents par l’homme.

Mais aujourd’hui, les choses se passent de manière radicalement différente: la globalisation financière et ses conséquences ne relèvent pas complètement de ce processus de mondialisation: on est en train d’assister à une rupture radicale de l’organisation du monde. Il ne s’agit plus simplement d’États, d’Empires, qui vont diffuser effectivement leur culture et leur structures politiques. Cette diffusion des modèles se faisait dans le cadre des États-nations; aujourd’hui, la globalisation marque une inversion. On parle de transnationale: on s’affranchit des frontières des États, on s’affranchit des cadres des États-nations, on s’affranchit de cette idée de conquête parce que l’on est déjà partout.

Un des exemples les plus typiques est que la mondialisation se passe sur le globe terrestre. On la vit de l’intérieur, mais le capitalisme financier est vue de l’extérieur. On est dans une logique planétaire. La question est donc de savoir de quelle manière penser l’intégration de cette rupture actuelle qui fait éclater toutes nos catégories de pensées d’actions par rapport à ce processus historique.

Mann, auteur de « 1493: comment la découverte de l’Amérique a transformé le monde », décrit la découverte de l’Amérique comme quelque chose qui est de l’ordre de la catastrophe. Cet évènement fondateur de notre modernité est la fin d’un monde et non pas le début d’un monde, ce selon lui, on pourrait être face à un choc microbien. Prenons un exemple: 80 % des populations pré-colombiennes ont été éradiquées par le choc microbien car ces derniers n’étaient pas immunisés contre l’ensemble des maladies qui peuplaient l’Europe, maladies que les conquistadors ont apporté avec eux.

Mann dit aussi que , dans une espèce de théorème papillon, la découverte de l’Amérique a provoqué un choc microbien qui a provoqué l’aliénation de l’ensemble des africains qui ont ensuite été asservis et des 15 millions qui ont été déportés et millions qui sont morts dans la traversée de l’Atlantique; que tout cela a provoqué par l’afflux d’argent considérable sur l’Europe, l’augmentation des prix et l’explosion des inégalités , les révoltes populaires . En chine, cela a provoqué l’érosion des sols par l’introduction de la culture de la patate douce et du tabac auxquels les chinois n’étaient pas habitué.

Conformément à l’adage de Marx: « Les hommes font l’histoire mais ils ignorent l’histoire qu’ils font », on a l’idée que la découverte de l’Amérique est la naissance d’un chaos : crise écologique, morale, culturelle et scatologique comme signe avant coureur de ce que sera notre mondialisation sauvage et débridée.

On s’aperçoit que cette conquête du territoire a eu de multiples conséquences. l’exemple le plus illustrant est certainement celui de l’introduction de la malaria par leur européens en Amérique a entrainé, favorisé l’expansion de l’esclavage. En effet, le taux de mortalité, en Amérique, des « blancs » était élevé (environ 1/3). Les populations africaines, à97% environ, sont immunisées contre la malaria, car elles ne possèdent pas cet agent qui permet au bacille de pénétrer les cellules du corps humains. Il se trouvait que ces africains résistaient à la malaria alors que les blancs en mouraient. Ainsi, les populations africaines, parce qu’elles résistaient à la malaria, ont été esclavagiste !

Qu'elle nourrisse les interventions des institutions internationales ou les volontés de libéralisation commerciale et financière, la mondialisation est source de plus de pauvreté, d'instabilité, d'inégalité et de sous-développement. Rien de naturel à tout cela. Le libéralisme est un projet politique qui profite aujourd'hui d'abord aux multinationales et aux banquiers, heureux de bénéficier de la relative organisation du monde que procurent les États tout en s'efforçant d'échapper à leurs devoirs fiscaux.

Peut-on maîtriser leur pouvoir? Ce n'est pas le cas pour l’instant. Mais l'ordre marchand n'est pas durable à terme, car la concurrence poussée à l'extrême finit par détruire les liens sociaux qui sont au fondement de l'ordre politique des États. Ceux-ci vont donc finir par réagir et par s'entendre pour se coordonner et retrouver des marges de manœuvres en termes politiques, économiques et écologiques. D'ailleurs, les peuples les y poussent. Une autre raison d'espérer.

Publié le 02-10-2015 dans Articles à la uneFICHES INFOS : Fiches pour comprendre le phénomène du Moustique: biologie, expansion, maladies, moyens de lutte.

69 Avenue de Grasse 06800 Cagnes-sur-Mer France tel +33 4 93 58 23 63 fax +33 4 93 58 09 19
S.a.s. au capital de 158000 € RCS Antibes 530943141 TVA FR01 530943141